-/        
Je veux me rendre à la page .

Vibrations

par Siopi

Commencer la lecture

Attention, ce récit utilise sons et animations. En savoir plus sur Dreams.

L'effervescence vibre parmi la population.

Sur cette petite planète où les draeneï sont en escale depuis quelques temps, les explorateurs ont trouvé une cuve plate entourée de rochers. Un espace dégagé et à l'abri du vent, où des gradins peuvent facilement être installés.

L'endroit idéal pour une arène de Jed'hin.

Cela fait bien longtemps qu'aucun tournoi rituel n'a été organisé. Le Jed'hin est aujourd'hui un simple entraînement codifié.

Ceux qui ont connu Argus s'exaltent de retrouver cet art, les autres sont excités par la nouveauté.

Au milieu de la foule qui se presse se trouve une jeune draeneï pâle. Ses membres sont fins et longs, trop pour ses sabots déjà arrivés à leur taille quasiment adulte. L'adolescente arbore des boucles d'oreilles breloques, composées de pierreries variées et montées à la main.

Kritisthea pose une main sur l'épaule de sa fille et la pousse légèrement, l'entraînant vers les gradins.

Siopi rejoint son père et s'assoit.

Les draeneï sont de plus en plus nombreux autour de la cuve. Certains ont amené des en-cas, d'autres de petits fanions de fortune pour encourager leurs champions. Siopi mange des yeux la scène.

Les affrontements commencent. La foule est en joie.

Devant l'air perdu de sa fille, Kritisthea se penche pour lui expliquer les règles.

Après un salut, le match s'initie avec un choc de la plaque frontale. La rencontre produit un son éclatant dans l'arène.

Les combattants, uniquement vêtus d'un kilt et d'une ceinture lourde, doivent utiliser leur corps comme seule arme. Le kilt est là pour dissimuler le mouvement des pattes et rendre les luteurs plus imprévisibles. La ceinture protège le ventre des blessures létales.

Le tournoi est impressionnant pour une draeneï aussi jeune. Siopi est fascinée.

Son intérêt monte d'un cran quand une grande draeneï, aux larges cornes et à la crête développée, entre dans l'arène. Traditionnellement seuls les mâles participent, mais les temps changent.

La grande draeneï remporte son match, Siopi est galvanisée. Ses parents applaudissent.

La foule semble prendre la combattante pour nouvelle favorite.

Le tournoi avance au rythme du bruit sourd des corps qui s'entrechoquent et des exclamations du public.

Arrive enfin dans l'arène un combattant que Siopi n'attendait pas mais qu'elle reconnaît aussitôt : Ichnos.

Elle ne l'apercevait que rarement depuis l'atterrissage et son enthousiasme est palpable. L'adolescente trépigne sur son siège alors que le choc de lancement s'effectue.

Le combat est serré. Les deux mâles semblent d'un niveau équivalant et la situation se retourne en permanence.

Une grande exclamation parcourt la foule alors qu'Ichnos reçoit violemment la queue de son opposant dans le visage. Il a un genou à terre mais n'a pas encore perdu...

Siopi est tendue comme un arc. Uranos n'a pas l'air ravie de la lueur dans les yeux de sa fille.

Ichnos reprend son souffle. Son adversaire court à l'autre bout de l'arène et commence à charger.

L'issue semble évidente.

Mais au dernier moment, Ichnos prend appui sur le sol avec ses bras et projette ses sabots en avant. L'attaquant, emporté par son élan, subit la puissance du choc largement décuplée. Il s'écroule.

La foule acclame la riposte. Siopi saute de son siège et hurle de bonheur pour son champion.

Ses parents sont surpris mais peut-être pas autant que le vainqueur.

Ichnos adresse un bref signe de la main à l'adolescente, pas très à l'aise.

A partir de ce soir-là, Siopi s'entraînera à reproduire la manœuvre gagnante.

Le Jed'hin sera pendant un long moment son unique sujet de conversation, au grand dam des ses parents et de ses amis.