La sorcière apprivoisée ?

par Kriyel

Allongée sur la planche qui lui servait de table d'auscultation, Kriyel fixait le plafond de son cachot-médical. Elle repensait au procès du Tookjin...

Tout avait commencé au Lotus Pourpre. Cet imbécile de troll imbibé comme une éponge l'avait insultée. Il l'avait traitée comme une Sombrelance. Rien que ces insinuations étaient un crime. Mais le summum avait été atteint lorsque l'infâme lui avait vomi dessus.

La rage l'envahissait encore plusieurs semaines après l'incident en repensant à ce fluide épais et puant lui tombant dessus. Bien sûr, elle aurait dû le tuer. Elle voulait le tuer. Elle aurait tellement adoré le tuer. Mais Masak l'avait stoppée.

Son gardien n'avait pas d'ordre à lui donner mais il avait su être convaincant. Il existait un code corsaire, il fallait le respecter. Kriyel avait donc cédé et demandé un procès plutôt qu'une mort immédiate. Après tout, repousser la sanction ne la rendrait que plus excitante...

Mais elle avait vite déchanté. En fait de procès, c'était une vraie farce. Les capitaines-juges ne semblaient pas prendre l'insulte qui lui avait été faite au sérieux. Et quand elle s'insurgea, on commença à la traiter de mutine. La capitaine Iksa, vota contre elle.

Kriyel était outrée. Finalement, elle ne pouvait faire confiance qu'à Masak...

Le Tookjin avait été acquité.

Et pire : elle avait été condamnée ! Condamnée à faire les corvées de ce troll inférieur pendant trois jours ! Jamais elle n'avait été aussi humiliée de sa vie. C'était pire encore que sa fuite du temple des années auparavant...

Bien sûr, Masak avait pris la peine pour lui. Mais l'humiliation n'en était pas moins cuisante. Qu'on utilise son arme comme un balai-brosse était inadmissible.

Depuis des jours et des nuits, Kriyel ruminait, ne mangeait ni ne dormait plus et passait ses nerfs sur les cadavres qui traînaient.

Elle se redressa.

Ce soir, elle avait réuni tout ce qu'il lui fallait pour un rituel de vengeance: du sel, du vin rouge, des cendres, de l'écorce de noyer, un linge blanc et bien sûr... une choppe utilisée par Tookjin, subtilisée au Lotus Pourpre avant la vaisselle. Elle avait dû attendre la pleine lune pour se venger mais enfin, ce sale troll allait être puni.

Elle alluma une bougie pourpre et s'apprêtait à commencer son rituel quand son esprit fut envahi.

La présence était trop floue pour que la Sorcière-docteur puisse déterminer si c'était un loa ou un simple esprit.

Une voix de trollesse s'éleva en elle :

"Tu t'es affaiblie. Les Vieux Corsaires, ils t'ont domptée."

Kriyel secoua la tête.

"La sorcière-docteur en toi, elle s'étiole. Les pirates, ils te respectent plus."

Elle serra les poings.

"Ton pouvoir, il va disparaître."

"Non !" S'exclama-t-elle.

Elle fixa la flamme vacillante de sa bougie un instant puis se précipita dans la geôle où son gardien s'amusait avec un prisonnier.

"Masak, on s'en va !"

Le troll la fixa un instant. Puis sans protester, commença à rassembler ses affaires. Kriyel retourna dans son cachot. Elle empaqueta ses potions, son chaudron, sa grande cuillère en bois, ses aiguilles et ses wangas. Elle tassa le tout dans un sac et le chargea sur le dos de Masak.

A peine une heure plus tard, ils étaient partis, laissant un mot sur la porte de la capitaine de la Vouivre comme seul adieu :

"La sorcière-docteur, elle a eu une vision. Les loas, il faut les écouter. Les kadavs, c'est cadeau."